Rue Saint-Lambert, 116 - 1200 Woluwé Saint Lambert - info@alivreouvert.be - Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h - Adulte : +32.(0)2.762.98.76 - Jeunesse : +32.(0)2.762.66.69

Gianrico Carofiglio, trad. de l'italien par Elsa Damien,
Slatkine, 458 p., 20€

etefroidBari, été 1992, une guerre entre deux gangs fait rage. Quand le petit garçon d'un des chefs mafieux les plus puissants de la ville est enlevé, la situation prend une tournure nouvelle et risque bien de devenir incontrôlable. Surtout que dans ces milieux, on ne parle pas, on lave son linge sale entre soi. Pietro Fenoglio, maréchal des carabiniers, intègre et débonnaire, doit absolument éclaircir la situation avant que cela ne dégénère. Alors que tout l'accuse, un chef rival, pour échapper aux représailles de la famille et prouver son innocence dans cette affaire, accepte de collaborer. Sa confession nous entraîne dans les rouages de l'organisation criminelle.
L'auteur, procureur et conseiller dans la lutte anti-mafia, nous plonge au travers de cette intrigue percutante, dans un sujet qu'il connait parfaitement : les méthodes et hiérarchie au sein de cette organisation terroriste, les difficultés de la magistrature et la corruption à tous les niveaux de la société. Efficace et édifiant.

Simon Berger
Gallimard, 128 p., 13€50

jacobbergerJacob naît dans une famille de bohémiens, installée depuis quelques années en Auvergne, vivant de leurs paniers vendus au marché. Jacob est un bel enfant, blond au regard profond. Depuis sa naissance, sa beauté tranche parmi toute cette misère. Lors de sa communion dans la grande cathédrale de la ville, au milieu des bourgeois, il est remarqué par un riche rentier, qui voudra, en lui dispensant la meilleure éducation, lui donner la possibilité de s'élever de sa condition. Mais ce qui semble être sa chance l'éloigne des siens et cette grâce pourrait lui valoir sa chute.
Un récit bref, porté par une magnifique écriture tendue, qui en quelques pages capte l'âme, les coutumes de ce peuple méconnu et qui saisit la fêlure qui grandit inéxorablement dans l'esprit de Jacob. C'est beau et poignant.

Anna Burns, trad. de l'anglais par Jakuta Alikavazovic
Joelle Losfeld, 352 p., 22 €

milkmanIrlande du Nord,  dans les années 70, années de troubles et de violences,  les femmes à peine mariées sont veuves, tout emblème du pays ennemi peut vous valoir la mort. La narratrice, jeune fille de 18 ans, a la manie bizarro-louche de lire en marchant, surtout des romans du XIXe , dans l'espoir d'échapper à l'atmosphère lourde de cette société ou l'on est sans cesse observé et jugé. Mais pour son malheur, bien que faisant tout pour passer le plus inaperçue, le "laitier", qui n'a de laitier que de nom et est en fait un combattant haut placé, commence à s'intéresser à elle, et cet intérêt se fait de plus en plus pressant, menaçant.
Avec une inventivité stylistique ébouriffante, qui jaillit dans un flot continu de longues phrases qui épousent chaque infime impression de l'intériorité, Anne Burns restitue à merveille le climat sous tension de Belfast, l'angoisse sourde, le poids de la rumeur et du harcèlement, dans ce livre exigeant et profondément original.

Man Booker Prize 2019 à l'unanimité, récompense attribuée pour la première fois à un auteur nord-irlandais.

Newsletter

Notre label

Label de qualité - le libraire

logo_alsj
logo_initiales
Suivez-nous sur Facebook