Rue Saint-Lambert, 116 - 1200 Woluwé Saint Lambert - info@alivreouvert.be - Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h - Adulte : +32.(0)2.762.98.76 - Jeunesse : +32.(0)2.762.66.69

Gianfranco Calligarich, trad. de l'italien par Laura Brignon
Gallimard, 215 p., 20€

dernieretevilleC'est un étrange destin qu'a connu ce roman, paru en Italie en 1973, édité trois fois, épuisé autant de fois, recherché par les connaisseurs sur les étals des bouquinistes, et enfin traduit et édité en français en 2021.
Et c'est un enchantement : enchantement de déambuler dans la Rome des années 60, celle de la Dolce Vita, de ses rues, ses bars, ses places, son fleuve, en suivant  les pérégrinations de Leo Gazzara, journaliste à la dérive, sans ambition, sans argent, entre déboires sentimentaux, échec, alcool et résignation tranquille ; enchantement de l'écriture également, nostalgique, légère et désespérée à la fois. 

Plus d'informations sur ce coup de coeur ici.

Tiffany Tavernier
Editions Sabine Wespieser, 262 p. 21€

amitavernierSUn roman psychologiquement puissant...
Un matin, la maison de Thierry et Elisabeth est soudainement encerclée de gendarmes, lourdement armés, d'ambulances, de voitures de police. L'incompréhension et la peur submergent le couple : c'est un tsunami. Et puis la vérité peu à peu fait face. Leur voisin, Guy, avec qui ils sont amis, et confidents, avec qui ils ont tant partagé, s'avère être un assassin en série, qui a kidnappé, torturé et assassinée plusieurs jeunes filles depuis des années. Le monstre était à leur porte et ils n'ont rien vu. C'est ce fracas psychologique que Tiffany Tavernier interroge avec une grande finesse. Thierry va disséquer le passé : comment a-t-il fait pour ne rien soupçonner, ne rien voir ou ne rien entendre ? comment ne pas se sentir sale ou coupable ? Thierry va cheminer dans la douleur, la colère ; son épouse, dans le mutisme et la distance. En adoptant le point de vue du voisin (peu commun dans les romans criminels), l'auteure questionne en profondeur les notions de traumatismes, de liens et de réparation.

Laurent Bénégui
Julliard, 308 pages, 20€

retouracubasLaurent Bénégui a toujours entendu parler du destin hors du commun de son grand-père, Léopold Bénégui. Blessé au cours de la Première Guerre Mondiale, le jeune Léopold a, peu après, quitté son Béarn natal pour aller tenter sa chance à Cuba. Rejoint par sa bien-aimée, Madeleine, avec laquelle il aura 6 enfants, il gère une plantation de café près de Guantanamo. Mais Léopold meurt prématurément, en 1931, et sa jeune veuve retourne en France avec les enfants. La plantation est confiée aux bons soins d'un métayer jusqu'à ce que le fils ainé de la famille, Jean, soit en âge de rentrer à Cuba pour gérer le domaine. C'est en 1948 que Jean et sa femme Louisette, oncle et tante de Laurent Bénégui, partent s'établir sur l'île. L'auteur ira y passer des vacances en famille lors de 3 séjours à la fin des années 60, il vivra quelques jours au cœur de la jungle dans cette propriété éloignée de tout où, avec son regard d'enfant, il semble régner une totale liberté. Or, la situation est toute autre, Jean et sa femme ont connu la révolution de Fidel Castro, la ferme a été nationalisée, la nourriture est rationnée, les déplacements restreints. Jean, Louisette et leurs deux enfants finissent pas rentrer en France, mettant ainsi un terme à l'épopée familiale à Cuba. Depuis, la famille s'est brouillée, les cousins de Cuba et les Français ne se parlent plus. L'auteur a choisi de se pencher sur le parcours romanesque de son aïeul, il ne pensait pas alors découvrir une toute autre histoire que celle véhiculée par la légende familiale. A travers le destin de Léopold mais aussi celui de son frère Jean-Baptiste, qui se superposent aux vicissitudes de l'histoire de Cuba tout au long du XXe siècle, Laurent Bénégui nous offre une magnifique histoire de famille avec ses héros, ses trahisons, ses malentendus.

Newsletter

Notre label

Label de qualité - le libraire

logo_alsj
logo_initiales
Suivez-nous sur Facebook