Rue Saint-Lambert, 116 - 1200 Woluwé Saint Lambert - info@alivreouvert.be - Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h - Adulte : +32.(0)2.762.98.76 - Jeunesse : +32.(0)2.762.66.69

Pour les fêtes, voici notre sélection de bande dessinées. 10 titres passionnants pour tous les gouts.

BD a

L’espoir malgré tout (Emile Bravo, éditions Dupuis, 17€50) : Dans cette très grande série BD, d’une richesse et d’une profondeur impressionnantes, Emile Bravo dresse le portrait de deux jeunes hommes (Spirou et Fantasio) qui tentent de vivre durant les heures les plus sombres du XXe siècle (la Seconde Guerre Mondiale) avec force, idéalisme et courage. Spirou et Fantasio sillonnent Bruxelles et ses alentours pour redonner espoir aux âmes blessées et déçues, et font preuve de solidarité envers leurs amis aux prises du joug Nazi.
Emile Bravo réussit un exploit : garder Spirou léger, joyeux tout en insufflant une gravité et une profondeur propre à l’époque 39-45.
Une splendide fresque historique qui fera date dans l’histoire de la bande dessinée.
(L’espoir malgré tout – Troisième partie d’Emile Bravo fait suite au Journal d’un ingénu et L’espoir malgré tout – Première Partie et L’espoir malgré tout – Deuxième Partie publiés aux éditions Dupuis.)

Tananarive (Mark Eacersall et Syvain Vallée, éditions Glénat, 19€50) : Amédée, un vieux notaire à la retraite, dont la vie a été pour le moins ascétique et morne, part subitement à la recherche du fils caché de son voisin, un bellâtre aventurier qui, avant son décès brutal, aurait parcouru le monde entier avec fougue et témérité…
Amédée se lance à l’aventure pour la première fois de sa vie. Au volant d’un coupé sport qui n’a jamais eu l’occasion de quitter le garage auparavant, le notaire va découvrir qu’il n’est jamais trop tard pour en apprendre sur les autres et sur soi-même.
Enorme coup de cœur pour cette BD chaleureuse et drolatique, au scénario extrêmement brillant. Quand l’amitié nous permet de franchir des montagnes…

BD b

Aaron (Ben Gijsemans, éditions Dargaud, 29€99) : Un jeune homme de vingt ans, Aaron, passe la plupart de son temps enfermé dans sa chambre à essayer d’étudier. Se laissant souvent distraire par des comics qu’il lit et collectionne, il a bien du mal à se concentrer. Une autre obsession cependant, terrible celle-là, le poursuit, l’assaille et le questionne…
Avec un sujet, dérangeant, rarement traité dans la bande dessinée (et qu’on ne peut dévoiler ici sans dénaturer la puissance de l’histoire), l’auteur belge Ben Gijsemans nous livre une BD choc. Impressionnant par ses choix graphiques (des petites vignettes implacables), il épate aussi par son sujet, ô combien sensible, mais traité avec délicatesse et sans voyeurisme.
Aaron a été sélectionné cette année pour le Prix Victor Rossel du roman de bande dessinée.

Amore (Zidrou et David Merveille, éditions Delcourt, 19€99) : A travers neuf histoires, le duo Zidrou (au scénario) et le belge David Merveille (au dessin) nous transporte en Italie pour nous parler d’amour. Une invitation enchanteresse au voyage amoureux, qu’il soit solaire ou ombrageux. Grâce à un travail graphique étonnant et à des scénarios beaux comme des poèmes, Zidrou et Merveille parviennent à nous raconter toute une vie.

BD c

Morgue Pleine (Max Cabanes et Jean-Patrick Manchette, éditions Dupuis 22€) : Un excellent polar ! Une nuit, Eugène Tarpon, détective privé à son compte, recueille une jeune femme perdue et effrayée, ne sachant plus où aller. Les ennuis peuvent commencer… Grâce à des dialogues savoureux, des dessins enlevés et un vrai sens de la couleur (ah ces papiers peints !), Morgue Pleine est une BD qui fait mouche. Quel caractère !

Le jeune acteur T1, Aventures de Vincent Lacoste au cinéma (de Riad Sattouf, éditions Les Livres du futur, 21€50) : L’auteur de L’arabe du futur revient avec un nouveau projet au long cours. L’histoire vraie d’un adolescent anonyme devenu l’un des acteurs les plus talentueux de sa génération. Sattouf capte toujours aussi magistralement la jeunesse, ses maladresses et son humour. Grâce à son talent de conteur, il nous livre une BD bourrée d’humour et de spontanéité. Et incroyablement touchante qui plus est !

BD d

Sousbrouillard (Anne Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg, éditions Dargaud, 25€) : Sur le principe des poupées russes, une histoire qui contient une histoire qui contient une histoire… Sousbrouillard est une BD épatante à l’ambiance digne des meilleurs Agatha Christie. On y suit Sara, jeune femme orpheline qui ne connait qu’une seule chose de son passé d’enfant abandonnée, un bracelet de naissance sur lequel est noté un nom Sousbrouillard, un village en apparence sans histoire où il se raconte pourtant bon nombre d’histoires… Un merveilleux récit choral qui dit très bien notre besoin de fictions.

BD e

Le grand vide (Léa Muriwiec, éditions 2024, 25€) : Si personne ne pense à nous, cessons-nous d’exister ? Ancrant son histoire dans un univers dystopique, ce roman graphique dénonce les dérives de notre société où l’égo règne partout. Dessin virtuose, d’une folle inventivité et jolie réflexion autour de notre mise en scène permanente, Le grand vide est l’un des titres les plus marquants de cette fin d’année (et d’ores et déjà sélectionné pour le prochain Festival d’Angoulême).

Du bruit dans le ciel (David Prudhomme, éditions Futuropolis, 25€) : Le dessinateur David Prudhomme raconte son enfance et le territoire où il a grandi dans une bande dessinée tendre et qui sonne juste en permanence. Dans un rapport tout autant sentimental que sociologique à son village de naissance (dans l’Indre), David Prudhomme raconte l’évolution des périphéries et les villes de campagne qui meurent petit à petit. C’est beau, c’est juste et bourré d’empathie. Une très belle réflexion géopolitique et sociale.

Les strates (de Pénélope Bagieu, éditions Gallimard, 22€) : Après Les Culottées, Pénélope Bagieu revient avec cette bande dessinée autobiographique, drôle et touchante à la fois. Elle y raconte les petites et grandes histoires de sa jeunesse, de son adolescence ou de sa vie de jeune fille. Pénélope Bagieu a un don, celui de travailler l’anecdotique, le futile pour révéler au final toute la profondeur de ce qui s’avèrera un évènement ou un moment crucial de la vie. Parce que son propos est universel et qu’elle raconte tout en nuance ce qui dessine notre personnalité, Les strates touche en plein cœur.

Newsletter

Notre label

Label de qualité - le libraire

logo_alsj
logo_initiales
Suivez-nous sur Facebook